Histoire de la Guadeloupe

      Commentaires fermés sur Histoire de la Guadeloupe

Population

La Guadeloupe compte plus de 400 000 habitants. Sa population est riche d’un mélange d’ethnies africaine, européenne, indienne et caribéenne.

Les premières civilisations de la Guadeloupe :

Les Arawaks

Les premiers habitants des Antilles furent les Arawaks ou Tainos, un peuple indien originaire de l’Amérique du sud. Sédentaires, pacifiques et très évolués, les Arawaks vivaient essentiellement de l’agriculture, de la chasse et de la pêche. Artistes consommés, ils pratiquaient la poterie, la sculpture et le tissage. Décimés depuis bien longtemps par les Indiens caraïbes, quelques traces de leur existence demeurent encore visibles aujourd’hui, notamment en Guadeloupe à Trois Rivières, au site des Rochers Gravées.

Les Caraïbes

Le débarquement des Indiens caraïbes sur « Karukera » – Ile aux Belles Eaux – met fin à la vie tranquille des Arawaks car ces envahisseurs violents, féroces et cannibales ont perpétré l’extermination de tous les Arawaks. Ils ont épargné uniquement les femmes afin de les prendre pour épouses. Ce fut une triste fin pour un peuple si paisible et raffiné. Les Caraïbes continuaient leur occupation de la Guadeloupe malgré plusieurs tentatives d’installation par des Espagnols. Face à une résistance féroce, toute prétention sur cette terre fut abandonnée jusqu’en 1635 lorsque les Français fondèrent la première colonie européenne.

En 1641, après plusieurs guerres et massacres perpétrés par les colonialistes francais, un traité de paix fut conclut entre les indiens caraïbes de la Guadeloupe et les Francais. Par ce traité, les indiens acceptent de quitter définitivement l’île afin de rejoindre la Dominique. Le sort ultime des Indiens caraïbes devient celui de nombreux peuples indigènes à travers le monde suite la rencontre des maladies importées par les Européens – des maladies dévastatrices. Quelques représentants de ce peuple vivent encore aujourd’hui, notamment sur l’île de la Dominique, une île voisine de la Guadeloupe.

Les Grandes Dates de l’Histoire Guadeloupéenne

1635
Début de la colonisation de l’île avec l’arrivée de Charles Liénard et Jean Duplessis.

1650
L’introduction des premiers esclaves noirs.

1674
Rattachement de l’île à la couronne de France.

1685
Le Code Noir défini le statut des esclaves.

1759-1763
Occupation de la Guadeloupe par les Anglais. Sous leur administration, le Port de Pointe à Pitre fut dévéloppé.

1763
L’occupation britannique prit fin avec le Traité de Paris. La France abandonne ses revendications sur le Canada et obtient la Guadeloupe en contrepartie.

1794
Premier decret d’abolition de l’esclavage. La convention abolit « l’esclavage des nègres dans toutes les colonies ».

– Occupation de la Guadeloupe par les Anglais.
– Libération de l’île du pouvoir colonialiste anglais par un bataillon de soldats conduit par le nationaliste noir, Victor Hugues. Libération également des peuples esclaves.

1802
Napoléon Bonaparte envoya le Général Antoine Richepance pour rétablir l’esclavage en Guadeloupe, annulant ainsi la loi de 1794.

Révolte à Basse Terre par Delgrès et Ignace. Ignace perdit sa vie le 25 mai dans une bataille à Baimbridge. Delgrès se donna le mort avec 300 de ses fidèles à Matouba.

1810-1816
Occupation de l’île par les Anglais pour la majeure partie de cette période.

1816
Le Traité de Venise rendit la Guadeloupe à la France.

1848
Abolition définitive de l’esclavage après une campagne du politicien Victor Schoelcher.

1854 – 1885
L’arrivée des « Hindous » en Guadeloupe. Le besoin de main-d’œuvre dans les champs de cannes mène au recrutement des travailleurs originaires d’Inde. Environ 45000 Indiens débarquent sur l’île pendant cette période.

1936
Félix Eboué devient le premier gouverneur noir de la Guadeloupe.

1946
La Guadeloupe devient un département francais.

Eruption de la Soufrière 1976
La dernière éruption de la Soufrière est survenue en 1976. Les habitants de la région et de la ville de Basse Terre sont vite evacués à Pointe à Pitre. Aucun mort n’a été déploré.

Les ouragans meurtriers
Plusieurs cyclones meutriers apparaissent dans les annales de l’histoire guadeloupéenne en raison de leur impact dévastateur sur l’île. On cite deux cyclones en particulier – le ‘grand cyclone’ de 1928 qui est passé sur la Guadeloupe le 12 septembre 1928 avec des vents soutenus de 230 km/h, et Hugo qui est passé en septembre 1989 avec des vents soutenus de 220 km/h.