necropolis colon havane

Le cimetière de Christophe Colomb

Le cimetière, également connu sous le nom de nécropole Cristobal Colón (cimetière de Christophe Colomb), est l’une des plus grandes nécropoles du monde. Nommé en l’honneur de Christophe Colomb, ce cimetière de 140 acres (0,6 km²) est connu pour ses nombreux monuments commémoratifs sculptés avec soin. On estime que le cimetière compte plus de 500 grands mausolées, chapelles et caveaux de famille. Le cimetière compte aujourd’hui plus de 800 000 tombes et un million de personnes y sont enterrées. Le cimetière de Colon est l’un des grands cimetières historiques du monde, et est généralement considéré, d’un point de vue historique et architectural, comme le cimetière le plus important d’Amérique latine.

Histoire

Sa construction a commencé vers 1860, et le concours de design a été remporté par l’architecte espagnol Calixto Arellano de Loira y Cardoso, diplômé de l’Académie royale des arts de San Fernando à Madrid. Il a également été la première personne à être enterrée dans le cimetière lorsqu’il est mort avant d’avoir terminé son travail. L’atmosphère étonnante de cet endroit est créée par un fourré de temples grecs miniatures, de colonnes, d’urnes, de statues d’anges et de madones. Les mausolées sont un mélange de néo-gothique et de classicisme, et des chiens fidèles sculptés au pied de nombreuses pierres tombales. L’espace étant limité dans le cimetière, les enterrements sont coûteux et, au bout de trois ans, les restes sont retirés, emballés et placés dans un grand hangar de stockage.

Il convient de prêter attention au monument à huit jeunes étudiants en médecine exécutés en 1871 pour avoir profané la tombe d’un journaliste espagnol – La justice n’a pas le bandeau obligatoire et le poids qu’elle détient est clairement incliné d’un côté.

Vidéo

Malgré son élégance et sa grandeur, le cimetière cache autant qu’il montre. Des tombes vides et des chapelles familiales profanées parsèment le cimetière, même dans les ruelles les plus en vue et les plus éloignées des rues principales. Nombre de ces tombes appartiennent à des familles exilées, dont l’entretien des lieux de sépulture de leurs proches décédés a été rendu difficile par le séjour à l’étranger vers lequel elles ont fui.

La porte d’entrée du cimetière est appelée la “Porte de la Paix”. Ce monument est décoré de reliefs et de sculptures, dont certains ont une signification symbolique. Il y a les torches inversées comme signe de la fin de la vie, les branches de laurier et les sabliers ailés comme signe de la nature irréversible de la vie terrestre. L’œuvre symbolisant les trois vertus que sont la foi, l’espérance et l’amour porte l’inscription latine Janus Sum Pacis, dont la porte tire son nom. Juste après l’entrée, un obélisque marque la tombe du général Maximo Gomez, le héros de la guerre d’indépendance cubaine.

Devant l’entrée principale, à l’intersection des avenues principales Avenida Cristobal Colón, Obispo Espada et Obispo Fray Jacinto, se trouve la chapelle centrale construite sur le modèle du Duomo de Florence. De chaque côté, des rues rectangulaires mènent géométriquement aux quadrants du cimetière, où les morts sont répartis dans différentes zones selon leur rang et leur statut social, comme les prêtres, les soldats, les fraternités, les riches, les pauvres, les enfants, les païens et les condamnés. Les tombes les mieux conservées et les plus belles se trouvent sur ou près de ces routes principales, tout comme les villas dans une vraie ville.

Le cimetière de Colon abrite un monument de 23 mètres de haut dédié aux pompiers qui ont perdu la vie lors du grand incendie du 17 mai 1890.

La légende de la Milagrosa

Un lieu de pèlerinage très visité par les catholiques est le cimetière d’Amelia Goyri de Adot. Elle est décédée le 3 mai 1901 à l’âge de 23 ans en donnant naissance à son fils. Son enfant est également décédé. Ils ont été enterrés ensemble dans un cercueil. Son fils a été déposé à ses pieds.

Son mari José Vicente Adot a commandé une sculpture pour commémorer sa mort, avec une image d’Amalia tenant son enfant, appuyée sur une croix. Il était désespéré et inconsolable. Il ne pouvait pas croire qu’elle était morte. Il se rendait chaque jour au cimetière et tapait sur l’un des anneaux de bronze fixés sur la tombe pour faire savoir aux gens qu’il était là. Il a pratiqué ce rituel pendant 17 ans, jusqu’à sa mort.

Selon la légende, lorsque la tombe a été rouverte après un certain temps pour être vidée, l’enfant était dans les bras de sa mère, et leurs corps étaient dans un état exceptionnel.
Les Cubains croient qu’Amelia peut exaucer leur souhait et de nombreux pèlerins se rendent sur sa tombe pour que leur souhait ou leur amour de grand enfant soit exaucé. Ils tapent également sur la tombe avec la bague en cuivre comme l’a fait son mari, déposent des fleurs sur sa tombe et font leur vœu. Les visiteurs s’éloignent ensuite à reculons de la tombe pour éviter de tourner le dos à la statue blanche d’Amelia.

Comment se rendre au cimetière

Cementerio de Colón, Calle Zapata I Calle 12, Vedado, tous les jours De 9h00 à 17h00.

https://goo.gl/maps/DqtxtaJekihWVeqd9

2021-10-30